Accueil > Actualités immobilières à Bordeaux > Logement et télétravail : quand l’immobilier s’adapte aux nouveaux modes de vie

Logement et télétravail : quand l’immobilier s’adapte aux nouveaux modes de vie

Logement et télétravail : quand l’immobilier s’adapte aux nouveaux modes de vie

La crise sanitaire a entraîné un accroissement fort de la pratique du télétravail. Cette situation a provoqué un changement profond dans la perception du logement idéal. On souhaite bénéficier d’un environnement intérieur et extérieur plus calme et plus adaptable, afin de pouvoir concilier vie privée et vie professionnelle sereinement. C’était un inconvénient de s’éloigner de son entreprise, désormais cela peut permettre de gagner en confort.

Les demandes d’habitation ont évolué pour accorder logement et télétravail. Les projets d’achat de maisons dans les villes moyennes et en périphérie des grandes métropoles se multiplient. L’investissement locatif en loi Pinel à Bordeaux, Nantes ou encore Toulouse souligne le succès des programmes neufs dans les communes prisées où la qualité de vie est réputée meilleure.

Le télétravail dynamise le logement

La pandémie a eu dans un premier temps des répercussions difficiles dans le secteur du logement. Mais le développement du télétravail a agi malgré tout comme un formidable incitateur de projets immobiliers.

En France, on est passé de 8 % de télétravail avant la pandémie à 30 % aujourd’hui. Tout dépend bien évidemment du nombre de jours d’affilée accordés en travail à la maison, mais si l’on peut exercer son métier d’où l’on veut, autant déménager dans un endroit plus agréable. Les possibilités de mobilité pour gagner en confort de vie se concrétisent en achats et en locations dans l’immobilier.

©onzon - Shutterstock

Télétravail et mobilité : où cherche-t-on à aménager ?

L’heure n’est pas à l’exode urbain

Il semblerait que la tendance ne soit pas à l’exode urbain, mais plutôt à un niveau intermédiaire selon l’endroit où l’on habite. Ainsi, les Parisiens sont nombreux à envisager de s’éloigner de la capitale sans pour autant quitter l’Ile-de-France et aller en province. Ce qui explique que certaines villes de la petite couronne connaissent une hausse des prix sur le marché des maisons.

Les métropoles restent attractives

Dans les métropoles ailleurs qu’à Paris, l’envie d’un changement de qualité de vie n’incite pas forcément à partir. Une bonne moitié des habitants des grandes villes comptent y rester tandis que les autres sont pour la plupart attirés par les villes moyennes de moins de 100 000 habitants.

Des métropoles comme Bordeaux, Lyon et Marseille préservent une très bonne attractivité pour concilier logement et télétravail. Dans cette continuité, de nombreuses communes ont du succès en proposant des maisons moins chères et à moins d’une heure de ces grandes villes.

Le télétravail conditionne l’attractivité des villes moyennes

Les conditions de télétravail font varier les recherches d’achat ou de location dans les villes moyennes. S’il ne faut venir qu’un ou deux jours par semaine dans les locaux de son entreprise, on est davantage disposé à s’installer à distance et dans une commune moins peuplée, que ce soit en résidence principale ou secondaire. Cela a forcément pour effet d’augmenter les prix de l’immobilier dans les villes les plus facilement accessibles en transport depuis les métropoles.

Quels sont les nouveaux critères de logement ?

©Slavun - Shutterstock

La maison individuelle, le nec plus ultra

Le type de bien immobilier le plus convoité depuis le confinement et pour le télétravail, c’est bien évidemment la maison individuelle. Ce type de construction est souvent plus grand qu’un appartement, plus agréable et doté d’espaces extérieurs. Une pièce peut plus facilement faire office de bureau dans une maison, là où la surface et l’agencement d’un appartement s’y prêtent souvent moins.

L’importance de l’aménagement

Un lieu de vie et de travail

Pour qu’un lieu puisse servir d’habitation et de lieu de travail, il est préférable d’avoir un endroit dédié à son activité professionnelle. Cela permet à ces deux environnements de ne pas se nuire mutuellement. Une pièce ou un coin délimité en bureau font partie des desiderata fréquemment recherchés.

©Photographee.eu - Shutterstock

Une plus grande surface

Il est bien plus agréable de bénéficier davantage d’espace à l’intérieur. Un moyen de se sentir moins enfermé et oppressé entre quatre murs : le traumatisme de nombreuses personnes durant les mois de confinement vécus.

Des espaces extérieurs

Les logements actuellement en vogue ont des espaces extérieurs pour pouvoir s’aérer et profiter du soleil depuis chez soi. Jardinet, terrasse, balcon, loggia, plusieurs aménagements architecturaux répondent à ce besoin.

Des appartements neufs modulables : exemple à Bordeaux

Pour maximiser l’espace de façon pratique, on crée désormais des logements modulables.

« Changer son espace de vie à la carte devient facile car, dès leur conception, les logements intègrent la possibilité de modifications. Par exemple, des hauteurs sous plafond sont augmentées afin de pouvoir, le cas échéant, faire une mezzanine qui pourrait servir de bureau »

Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI France)

La métropole de Bordeaux a lancé un appel à idée baptisé Urbalab, dont le but est d’inventer des logements à coût réduit capables de s’adapter aux besoins de ses habitants et aux saisons. Le projet modulable de LP Promotion intitulé « J’y suis, J’y reste » a été retenu et va voir le jour. Il s’agit d’un modèle d’appartement qui s’adapte aux différentes configurations d’un foyer tout au long de sa vie.

Ce projet est emblématique de l’adaptation de l’immobilier aux nouveaux modes de vie. Télétravail, nouveaux arrivants, divorce, famille monoparentale ou recomposée, des pièces à vivre modulables permettent d’accueillir tout le monde de façon agréable et dans le même espace. Ces appartements sont conçus pour être réagencés grâce à des parois mobiles. Ils sont imaginés avec des matériaux et des équipements assurant de bonnes performances thermiques en fonction des saisons.

D’autres logements modulables sont d’ores et déjà proposés par des programmes immobiliers neufs. Au lieu d’avoir à chercher une nouvelle habitation, la solution peut être de choisir un logement évolutif neuf, dont l’espace de vie peut être transformé. L’idéal pour faire cohabiter harmonieusement logement et télétravail.

Des appartements anciens améliorés

En passant du temps chez eux durant les confinements, les gens ont eu envie d’améliorer leur confort intérieur en faisant des petits travaux. L’aménagement d’un bureau de télétravail a été la priorité pour beaucoup, mais d’autres projets dans les espaces disponibles sont apparus (combles, extensions, etc.).

« Les confinements et le télétravail ont montré aux foyers les limites de leur habitat, et les moindres dépenses en voyages et loisirs ont permis à des travaux envisagés de se concrétiser. (…) Certaines familles pensant être obligées de déménager se rendent compte, finalement, que modifier les espaces ou faire une extension est possible »

Stéphanie Bertina Minel, présidente de l'association Architectes & Particuliers

La présence de végétation

L’environnement d’un logement impacte énormément la qualité de vie qui y règne, la qualité de télétravail également. Ainsi, la proximité de la nature et la vue sur un espace vert, sont de véritables atouts immobiliers.

©Gorodenkoff - Shutterstock

En bref…

En France, le recours massif au télétravail depuis la crise sanitaire a fait basculer une partie de la demande immobilière des métropoles aux villes moyennes. Le travail à la maison et le confinement ont instauré un nouveau mode de vie qui a modifié les critères du logement idéal : un intérieur plus grand et adaptable avec un bureau, un extérieur plus accessible et proche de la nature. Le télétravail fera-t-il baisser les prix de l’immobilier dans les métropoles ?