Accueil > Actualités immobilières à Bordeaux > Le prix Pritzker pour deux architectes bordelais

Le prix Pritzker pour deux architectes bordelais

Le prix Pritzker pour deux architectes bordelais

SOMMAIRE

Plus qu’une simple discipline, l’architecture est un grand univers, un domaine à la fois complexe et complet. Alliant raisonnement scientifique et instinct artistique, elle va bien au-delà d’une simple maîtrise des lois de la physique ou des mathématiques. Vitruve (1847), un architecte romain ayant vécu au 1er siècle avant J.-C, la définit comme « une science qui embrasse une grande variété d’études et de connaissances… Le fruit de la pratique et de la théorie ». De nombreux architectes passionnés sont considérés, depuis la nuit des temps, comme des artistes à part entière. Certains ont marqué l’histoire de l’art, à travers des édifices époustouflants et exceptionnels dont la plupart ont su traversé les siècles. D’autres proposent des constructions aux lignes architecturales au goût du jour, avec une large gamme de biens immobiliers qui peuvent convenir aux attentes des personnes souhaitant investir dans l'immobilier neuf à Bordeaux ou dans d’autres villes françaises. Même si les œuvres architecturales sont construites en suivant des normes scientifiques et empiriques, elles répondent également à des concepts artistiques, que ce soit en termes de forme ou d’agencement d’espace. Deux architectes, Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, viennent de marquer l’histoire de l’architecture française, en remportant le prix Pritzker 2021, la plus haute distinction du monde de l’architecture.

Le prix Pritzker : qu’est-ce que c’est ?

Le prix d’architecture Pritzker a été instauré en 1979. Il s’agit d’une récompense annuelle internationale décernée par un jury indépendant à un architecte vivant ayant démontré les multiples facettes de son talent à travers des réalisations et des projets innovants qui ont contribué, de façon significative, au grand univers de l’architecture. Le nom de ce prix, souvent considéré comme l’équivalent du prix Nobel pour la profession, vient d’une prestigieuse famille américaine : la famille Pritzker. Cette dernière, composée de Cindy et Jay Pritzker, est surtout connue dans le monde des affaires à Chicago. Par le biais de son entreprise « Hyatt Corporation », le couple a créé la fondation. À l’origine, l’objectif de la récompense était de promouvoir l’architecture et les architectes au grand public, mais aussi de défendre l’idée que les œuvres architecturales ont une réelle influence sur l’humanité, donc sur la vie des hommes.

Jay Pritzker a rendu l’âme en 1999 et c’est son fils Thomas Pritzker qui est, aujourd’hui, à la tête de la fondation. Les lauréats du prix Pritzker reçoivent un médaillon de bronze, mais également une somme de 100 000 dollars.

Les membres du jury

Depuis la création de la fondation et donc du prix Pritzker d’architecture, un jury indépendant se réunit chaque année afin de choisir le lauréat. Le jury est composé de cinq à neuf membres : architectes en exercice, critiques et mécènes. Ces membres sont recrutés sur invitation. Ils peuvent se retirer quand ils le souhaitent. La critique d’architecture Ada Louise Huxtable, l’ancien directeur de la National Gallery of Art de Washington J. Carter Brown, l’historien de l’art Kenneth Clark et l’homme d’affaires italien Giovanni Agnelli font partie des plus connus.

© Franck Boston - Shutterstock

Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal : un duo d’architectes français récompensés par un prix prestigieux

La formation du duo et le prix Pritzker

Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal ont fait leurs études à l’École nationale supérieure d’architecture de Bordeaux dans les années 70. Le duo s’est officialisé en 87 lorsque les deux architectes ont créé leur agence basée dans la ville parisienne. Il a réalisé des œuvres remarquables dont les plus connus sont le FRAC de Dunkerque et le Palais de Tokyo à Paris. Il a déjà été récompensé en 2008 par le Grand Prix nation d’architecture en France.

La plus haute distinction du monde de l’architecture, le prix Pritzker 2021, a été décerné le mardi 16 mars au duo français Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal. Ces professionnels prônent une architecture dédiée au bien-être du plus grand nombre, à travers le concept « espaces généreux, budgets modestes et techniques écologiques ». Ils se sont fait connaître avec une maison individuelle créée en 1993 : la maison Latapie. Cette dernière a été réalisée pour une famille composée de deux enfants dans une rue de Floirac, non loin de Bordeaux, et est devenue l’exemple parfait d’un logement autonome, spacieux et bon marché. Anne Lacaton devient alors la sixième femme à rejoindre une liste de grands architectes, un palmarès longtemps exclusivement masculin.

Le principe Lacaton-Vassel : garder les patrimoines, tout en faisant des économies

Le duo Lacaton-Vassel souhaite convaincre d’« arrêter de démolir », là où d’autres projettent de faire table rase, en démolissant les grands ensembles traditionnels jugés vétustes. Jean-Philippe Vassal ajoute que : « c’est tellement violent, tellement affreux d’habiter quelque part depuis 10 ans et soudain de voir disparaître un logement dans lequel un ami, un voisin a existé. On peut garder des gens-là et à partir de l’existant, produire des logements que le standard est incapable de produire au même niveau de qualité, en dépensant deux fois moins d’argent ».

Les lauréats Pritzkel actuels ont, d’ailleurs, appliqué ce principe à la Tour Bois Le Prêtre en 2011. Il s’agit d’un ensemble comportant une centaine de logements dans le 17e arrondissement de Paris et dont la construction a débuté dans les années 60. Le duo, en collaboration avec Frédéric Druot (un autre architecte français, diplômé de l’école d’architecture de Bordeaux), a décidé d’augmenter la superficie et de retirer la façade en béton d’origine dans l’objectif d’améliorer le confort des logements. Des balcons bioclimatiques, des extensions chauffées ainsi que des jardins d’hiver ont été ajoutés à l’ensemble.

Selon Vassal, il existe presque toujours une solution permettant de redynamiser une construction. Démolir le moins possible, c’est ce que le duo a fait au Grand Parc de Bordeaux entre 2014 et 2017. La construction de ce parc remonte aux années 60. Même si le travail de ces architectes se concentre plus sur la rénovation, l'investissement immobilier neuf à Bordeaux continue à séduire les particuliers et les investisseurs, notamment avec des résidences innovatrices et respectueuses de l’environnement.

Les mots du jury Pritzker

Un membre du jury Pritzker a affirmé que le travail des architectes Lacaton et Vassal « répond aux urgences climatiques, écologiques et sociales de notre temps, en particulier dans le domaine du logement urbain, redonnant de la vigueur aux espoirs et aux rêves modernistes d’amélioration de la vie du plus grand nombre ». Il a ajouté qu’« ils y parviennent grâce à un sens aigu de l’espace et des matériaux qui engendre une architecture aussi solide dans ses formes que dans ses convictions, aussi transparente dans son esthétique que dans son éthique ».

Le jury a également motivé son choix, en précisant que « non seulement Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal ont défini une approche architecturale qui renouvelle l’héritage du modernisme, mais ils ont également proposé une nouvelle définition de la profession même de l’architecte ».

© Alchena - Shutterstock

L’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux

L’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux (ENSAPBx), implantée à Talence, propose des formations qui conduisent à différents diplômes : une formation initiale, une formation continue et une formation permanente. Elle dispose d’un département dédié à la recherche, mais aussi d’un conseil scientifique. Sous tutelle du ministère de la Culture, elle a le statut d’établissement public à caractère administratif.

Les diplômes que les étudiants peuvent obtenir à l’ENSAPBx sont : le diplôme d’études en architecture (licence), le diplôme d’État d’architecture (master), le doctorat en architecture. La préparation au DEP ou diplôme d’État de paysagiste est en cours.