Accueil > Actualités immobilières à Bordeaux > Les prix de l’immobilier à Bordeaux

Les prix de l’immobilier à Bordeaux

Les prix de l’immobilier à Bordeaux

SOMMAIRE

Le baromètre Meilleurs Agents confirme que la progression des prix de l’immobilier à Bordeaux est tombée à 0,3 % après une hausse des prix de 33,4 % sur les cinq dernières années. Malgré cette situation, il n’y a aucune crise qui s’annonce à l’horizon. Le marché de l’immobilier est sain et les prix actuels sont désormais redevenus normaux, en comparaison avec les autres grandes villes de France. Avec cette reprise des activités, les acheteurs prennent le temps de la réflexion avant de se lancer dans la signature d’un contrat de vente. Une évolution positive se fait ressentir dans la majorité des quartiers bordelais et les opportunités sont de plus en plus nombreuses. Focus sur les détails du marché bordelais.

Le marché de l’immobilier à Bordeaux : les évolutions de prix à prévoir

Le marché de l’immobilier bordelais est en train de se stabiliser après une demande en forte hausse ces derniers temps et une augmentation des prix en conséquence. Le succès de Bordeaux n’est plus à présenter, la ville est d’ailleurs catégorisée par beaucoup comme étant une des provinces les plus attractives de l’Hexagone. Les prix de l’immobilier avaient atteint une hausse de 10 % en 2018 (un record), avant de commencer à baisser progressivement. Aujourd’hui, un appartement coûte environ 3 % moins cher qu’en 2020 dans la préfecture de la Gironde. Le succès de la capitale girondine est dû à plusieurs facteurs, pour ne citer que la mise en place de la ligne LGV Paris-Bordeaux, les travaux de rénovation qui sont entrepris sur les quais, la proximité avec la côte atlantique ou encore l’arrivée du tramway. Après avoir atteint des sommets pendant 10 ans, le prix de l'immobilier à Bordeaux est de retour à la normale.

Des hausses de prix ont été remarquées un peu partout en France cette année, une tendance qui a épargné Toulouse et Bordeaux, qui enregistrent des baisses de leurs prix dans la majorité de leurs quartiers. L’embellie du marché immobilier ne touche donc pas ces deux grandes villes qui affichent une baisse de - 0 ,4 % (Bordeaux) et de - 0,5 % (Toulouse) en mai 2021. La mise en place de la ligne à grande vitesse qui relie Bordeaux à la capitale a contribué à la forte augmentation des prix de l’immobilier, pendant cinq ans. Le souci actuellement réside dans le fait que le revenu des ménages peine à augmenter par rapport aux tarifs de l’immobilier, les investisseurs n’ont donc plus forcément les moyens d’acheter à des prix élevés, même avec les avantages offerts par la Loi Pinel à Bordeaux.

La baisse des prix à Bordeaux peut aussi s’expliquer par le nombre élevé des locations saisonnières. Il faut savoir que les meublés représentent environ 62 % du parc immobilier de Bordeaux. Avec le mélange de plusieurs facteurs, dont un parc immobilier vieillissant, des locaux qui n’ont pas beaucoup de moyens pour investir et le manque de grandes zones d’activités, la baisse des prix est inévitable.

Bordeaux : le détail des prix de l’immobilier en 2021

Par son dynamisme, Bordeaux a toujours séduit les personnes célibataires et les couples sans enfant en quête de logements, mais la récente flambée des prix a généré automatiquement un phénomène de gentrification. Ainsi, notamment dans le centre-ville, les demandes pour les biens de haut standing se multiplient et continuent d’alimenter le marché actuel. Les appartements dans les immeubles anciens (18e et 19e siècle) dans le cœur historique de la métropole sont très recherchés et se vendent à prix d’or. Le prix des logements autour de la place des Grands-Hommes est aussi très élevé, frôlant les 8 000 € par mètre carré. Beaucoup de bordelais ont alors décidé de délaisser le centre pour se tourner vers les quartiers périphériques, là où les prix sont moins exorbitants.

Les prix moyens du mètre carré à Bordeaux

Toujours d’après le baromètre Meilleurs agents, le prix moyen du mètre carré d’un appartement est de 4 410 €, avec des possibilités de trouver des logements allant de 2 394 € à 5 737 €, selon la zone concernée. Le prix moyen du mètre carré pour une maison est estimé à 5 339 €, avec des prix pouvant aller de 3 503 € à 6 943 €. Au mois de juin 2021, le nombre d’acheteurs à Bordeaux est supérieur de 10 % au nombre de biens immobiliers à vendre, signe d’un marché dynamique. Dans les prochains mois, les prix devraient connaître une hausse et les délais de vente devraient logiquement diminuer. Voici les prix moyens du mètre carré dans les quartiers bordelais :

Les prix du mètre carré dans les villes voisines de Bordeaux

Voici une liste des principales villes voisines de Bordeaux avec le prix moyen du mètre carré selon le baromètre Meilleurs Agents :

Les prix moyens de loyer mensuel à Bordeaux

Le loyer mensuel par mètre carré à Bordeaux pour un appartement est de 15,7 €, en moyenne, avec une fourchette pouvant aller de 11,2 € à 24,5 €. Le loyer mensuel par mètre carré pour une maison est de 14,2 €, avec une variation entre 10,8 € et 18,0 €, selon le standing de la maison et le quartier dans lequel elle se trouve.

Les chiffres de la FPI sur les prix de l’immobilier à Bordeaux

La FPI, ou Fédération Promoteurs Immobiliers, regroupe tous les promoteurs immobiliers de France. Elle a récemment publié les chiffres du premier trimestre 2021 à partir de son Observatoire statistique national, pour toutes les régions de l’Hexagone. La hausse des prix de l’immobilier à Bordeaux est actuellement assez faible comparée à d’autres métropoles selon les chiffres de la FPI. Précisons que le prix de vente au mètre carré à Bordeaux Métropole était de 4 227 € au premier trimestre 2020 et est aujourd’hui à 4 317 €, soit une hausse observée de + 2,1 %.

Selon l’enquête de l’INSEE, l’opinion des promoteurs s’est nettement améliorée sur la demande de logements neufs par rapport à janvier 2021. Par ailleurs, l’activité de la construction neuve dans le secteur de l’artisanat du bâtiment a subi une hausse de + 10 % au premier trimestre 2021, par rapport au premier trimestre 2020. La construction neuve progresse de manière logique, étant donné qu’à la même période, l’année dernière, l’activité était presque à l’arrêt. La reprise de l’activité reste toutefois difficile pour les prochains mois, surtout à cause des difficultés d’approvisionnement en matériaux et en matériels. La hausse des prix dans certaines régions est donc la résultante de divers facteurs, à l’instar de l’épuisement des stocks ainsi que de la désorganisation des transports internationaux et des filières productives.

Le premier trimestre 2021 a vu une baisse de – 15,2 % (par rapport à premier trimestre 2020) de la délivrance des permis de construire, selon les données du Ministère du Logement. Un frein de plus à la progression du marché, qui voit une offre en baisse par rapport à la demande.